analyse des pratiques (dossier)

 analyse des pratiques  Commentaires fermés sur analyse des pratiques (dossier)
Sep 122013
 

Dossier ISRI FRANCEANALYSE
DES PRATIQUES
PROFESSIONNELLES (dossier)

 

Définition

La Volonté Définition JAH-ISRIL’analyse des pratiques consiste à développer la réflexion et à distancier le professionnel sur ses pratiques vécues comme « douloureuses » ou « questionnantes ».

La méthode classique s’appuie sur l’approche clinique (voir définition). Elle se fait généralement en petits groupes (moins de 12 personnes ; quelquefois, deux groupes sont constitués). Le nombre idéal de participants est de 6-7.

Si le nombre de participants est supérieur à 10, la méthode employée est généralement celle de la psychosociologie clinique et fait appel à l’animatique, science de dynamique des groupes restreints, et à la thérapie brève (systémie).

Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE FlècheQue veut dire APP ?

APP est l’acronyme de « Analyse des Pratiques Professionnelles » ou « Analyse de la Pratique Professionnelle ».

Analyse des pratiques vs supervision

Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE FlècheQuelle différence y-a-t-il entre Analyse des pratiques et supervision ?

La supervision vise l’amélioration consciente de ses pratiques professionnelles par la réflexion avec l’aide d’un professionnel expérimenté (généralement un psychologue). Elle interroge les valeurs, les émotions et les processus de pensée, en même temps qu’elle clarifie les relations communicationnelles, les objectifs du supervisé et leurs priorités.

La supervision permet, en conséquence, de favoriser une démarche de « mise à distance » de situations complexes, de favoriser la capacité d’analyse et de synthèse, d’acquérir une plus grande réactivité et créativité (initiatives) ainsi qu’une meilleure adaptabilité aux responsabilités.

De ce fait, les objectifs sont multiples. Par exemple, il peut s’agir de se familiariser avec les contraintes et les exigences de ses pratiques professionnelles, ou bien, acquérir des habiletés particulières face à une nouvelle problématique, ou encore, identifier des difficultés spécifiques nécessitant un approfondissement de ses compétences non techniques.

A la différence de l’Analyse des Pratiques Professionnelles, lors d’une supervision, les difficultés ou les questionnements professionnels sont mis en liens avec l’histoire personnelle. C’est pour cette raison que la supervision est préférentiellement individuelle. Néanmoins, il est possible de faire des supervisions d’équipe à la condition incontournable que les participants soient en totale confiance les uns par rapport aux autres, chacun étant amené à exposer des fragments de sa vie personnelle aux autres.

Pour en savoir +

Les 160 lois de Chalvin de Dominique Chalvin
L’art d’aller à l’essentiel
Leo Babauta
Sep 032012
 

ANALYSE
DES PRATIQUES
PROFESSIONNELLES

Analyse des Pratiques Professionnelles - Rouages photo

Comment fonctionne une Analyse des Pratiques Professionnelles ?

Analyse des Pratiques Professionnelles - Histoire - Balint PhotoLes groupes d’Analyse des Pratiques Professionnelles ont été institués par Michael Balint (photo ci-contre) dans les années 1960. Ils constituaient, au départ, un outil réflexif de développement des pratiques relationnelles des médecins entre eux et surtout entre les médecins et les patients. Balint postulait que ces pratiques relationnelles médecins/patients participaient à la guérison lorsqu’elles dépassaient la simple relation professionnelle.

 

Contexte

Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE FlècheContexte

Aujourd’hui l’usage de l’Analyse des Pratiques Professionnelles s’est étendu à un grand nombre de champs, notamment à celui de la formation pour adultes et du management. Même si elle se réfère encore explicitement à des théories issues de la psychothérapie, elle s’en distingue parfois lorsqu’elle permet de mettre une certaine mise à distance des vécus douloureux. En effet, désormais, ces temps de réflexion sur ses pratiques sont plutôt consacrés à l’exploitation des vécus (et ressentis) des praticiens dans l’usage de leur profession ; même si ces vécus incluent toujours les relations..

Qu'est-ce qu'une analyse des pratiques professionnelles ?

Dossier Changement Définition ISRIQu’est-ce qu’une analyse des pratiques professionnelles ?

Sujet particulièrement complexe s’il nous fallait considérer chaque terme de l’expression « Analyse des Pratiques Professionnelles ». En revanche, une compréhension simple est possible dès lors que l’on considère le sens et le but attendu du processus.

Autrement dit, des pistes d’explication apparaissent en questionnant son travail d’analyse de pratique. Pour le dire plus simplement encore : lorsqu’on prend conscience de ses actions, l’analyse est faite.

C’est donc en questionnant ses pratiques par l’expression de situations vécues que l’on trouve des pistes d’explication et de compréhension.

Ainsi, l’Analyse des Pratiques Professionnelles est éminemment une démarche de perfectionnement puisqu’elle s’appuie sur les expériences professionnelles afin de les enrichir et de les améliorer.

Cependant, l’Analyse des Pratiques Professionnelles est SURTOUT une démarche formative. Elle est généralement animée par un professionnel (souvent un psychologue) auprès de praticiens travaillant des techniques de postures réflexives sur ce qu’ils font : « en quoi suis-je pour quelque chose dans ce que je ressens, dans ce qui m’arrive ? »
(voir explications pour distinguer l’Analyse des Pratiques Professionnelles et la Supervision.

Comment fonctionne une analyse ?

COMMENT FONCTIONNE UNE ANALYSE ?

Demande

1- la demande

Constituer un groupe d’Analyse des Pratiques Professionnelles s’appuie obligatoirement sur une demande expresse des participants.

Ceci est la toute première condition qui autorise les participations effectives dans une ambiance d’intimité. Cette condition est sine qua non afin d’éviter les résistances et risquer l’échec.

Ceci étant posé, il y a quelques principes organisationnels et éthiques à aborder.

Lieu

2- le lieu

D’abord, il convient de légitimer, si possible, un lieu pour se réunir de PRÉFÉRENCE en dehors de la prégnance institutionnelle, même si une salle, mise à disposition par l’entreprise ou l’administration, peut faire éventuellement l’affaire.

Nombre_de_participants

3- le nombre de participants

Idéalement, un groupe de sept ou huit personnes permet un rythme vivant et dynamique. Au delà de douze participants, il est préférable d’envisager une autre technique d’Analyse des Pratiques Professionnelles : l’Analyse des Pratiques Professionnelles selon le champ de la psychologie sociale (A3p). Cette méthode permet d’accueillir jusqu’à vingt personnes et appelle à la mise en œuvre de tâches du champ de la systémie.

Rythme_et_durée

4- le rythme et la durée

Pour la méthode classique, la durée est généralement de 2 à 3 heures tous les mois. Pour la méthode psychosociale, elle est de 3 heures toutes les trois semaines. Bien entendu, ces conditions sont adaptables.

Posture

5- La posture de l’intervenant

L’intervenant est le garant du cadre établi concernant les échanges. Sur ce point, il régule le groupe pour respecter les silences, la distribution de la parole… jusqu’à ce que le groupe s’autorégule. Il considère que les véritables experts sont les participants : d’abord celui qui expose, ensuite ceux qui écoutent.

Il est aussi un accompagnateur-animateur. Il met en exergue et clarifie les bonnes questions : celles qu’on se pose et celles qu’on ne se pose pas.

Il peut être quelquefois un médiateur afin de réduire les situations conflictuelles.

Ecoute

Analayse des Pratiques Professionnelles - QCQC Photo

6- l’écoute active

L’écoute active du récit et la bienveillance face à l’expression de la douleur de chaque participant est centrale et indispensable : l’Analyse des Pratiques Professionnelles est le ‘lieu’ qui permet d’exprimer sa souffrance psychique et vise à élaborer des pistes d’amélioration en redonnant du sens à ce qui est vécu.

Améliorations

7- la recherche d’améliorations

Chaque récit exposé est interrogé pour reconstruire l’action sous un angle de vue différent. C’est souvent un travail collégial d’interrogations, puis d’une maturation de ces interrogations qui permet les hypothèses explicatives et compréhensives des situations.

Confidentialité

8- La confidentialité

La confidentialité des échanges lors des séances d’Analyse des Pratiques Professionnelle contribue à la confiance entre les participants et l’animateur.

Néanmoins, cette confidentialité peut ne pas être un ‘silence total’ envers la direction. En effet, dans certains cas, avec l’accord de tous les participants, et en veillant à préserver l’anonymat, il peut être décidé d’effectuer des retours ponctuels et impersonnels sur l’avancée du travail. Cette décision, lorsqu’elle est prise, est délicate car elle exige un équilibre entre ‘en dire un peu’ et ‘ne rien dire’.

C’est rarement l’animateur qui effectue ce travail de retour de contenu, c’est généralement un ou des membres du groupe qui s’en charge.

En revanche, l’animateur effectue un bilan anonyme en fin de prestation (généralement annuel) dans lequel il expose au commanditaire le fonctionnement et les thématiques abordées, toujours globalement et anonymement.

Statut

9- Le statut de l’intervenant

L’intervenant d’un groupe d’Analyse des Pratiques Professionnelles doit être strictement externe à l’institution et non dépendant de cette dernière.

Par voie de conséquence, il ne doit avoir aucun lien hiérarchique, ni être connu personnellement et ni, à fortiori, avoir déjà des relations personnelles avec les participants.

Attention : IMPORTANT !

Important / Attention !

le financement des Analyses des Pratiques Professionnelles ne peut pas se faire sur le budget formation. En effet, l’APP ne répond pas à une action de formation au sens de l’article L920-1 du Code du travail, mais à une prestation d’accompagnement ou de conseils, au même titre que la supervision, les groupes de paroles ou le coaching.

L'auteur

Pour en savoir +

Les 160 lois de Chalvin de Dominique Chalvin
L’art d’aller à l’essentiel
Leo Babauta
Mar 012012
 

Accompagnement social et professionnel - Analyse des pratiques professionnelles ISRI FRANCEL’analyse
des Pratiques
Professionnelles

Les différents modes d’intervention :

Quelque soit votre choix de la structure intervenante, le consultant, généralement un psychologue clinicien ou social ou un coach ayant suivi des études de psychosociologie, devrait (à priori) être capable de vous proposer trois méthodes d’intervention en matière , correspondants à votre situation, à votre environnement et à votre corps de métier.

 

Résumé des trois méthodes d'analyse des pratiques

Les 3 modes d’intervention de base

  • l’Analyse des Pratiques Professionnelles selon la méthode dite « classique » (communément appelée APP), est celle de la psychologie clinique. Cette méthode, généralement, vise à analyser les pratiques des personnes seules ou des groupes allant jusqu’à une dizaine de personnes (exceptionnellement 12) ;
  • l’Analyse des Pratiques Professionnelles selon une méthode issue de la Psychosociologie clinique (l’A3P), particulièrement innovante, est destinée à des groupes supérieurs à 10 personnes car elle fait intervenir des pratiques d’animatique ;
  • l’Évaluation des Pratiques Professionnelles (l’EPP). Elle s’exerce généralement comme une mission complémentaire ou adjointe à l’Analyse des Pratiques Professionnelles (APP et A3P) et vise, plus particulièrement un public médical et paramédical, même si elle peut s’adresser à tout le monde.
Nota Bene sur la SUPERVISION

Accompagnement social et professionnel - Supervision ISRI FRANCENota Bene sur la SUPERVISION

A la différence de des Analyses des Pratiques Professionnelles, la supervision vise à mettre en lien les difficultés ou les questionnements sur les pratiques avec l’histoire personnelle du professionnel (pour avoir plus de précisions sur la supervision, suivez ce lien…).

Méthode 1 : APP = Analyse des Pratiques Professionnelles

(APP) 
Analyse des Pratiques Professionnelles


Image APP psycho cliniqueVoir l’exemple d’un déroulé sur 2 pages  PDF image ISRI
D’une manière générale, l’Analyse des Pratiques Professionnelles est une démarche cognitive consistant à exposer et à analyser sa pratique du métier afin de mieux la comprendre. Dans les faits, l’Analyse des Pratiques Professionnelles consiste à décrire une situation douloureuse dans sa pratique professionnelle afin de l’exposer aux autres participants du groupe et à la décortiquer pour y apporter des éléments d’amélioration dans ses techniques et ses postures. Il s’agit d’un travail sur soi conséquent permettant de devenir auteur de ses pratiques.

Une intervention par mois peut s’avérer suffisant si le groupe est composé de 4 personnes maximum.

Idéalement, le groupe se réunit toutes les trois semaines lorsqu’il est composé de plus de 4 personnes. Les séances durent 2 à 3 heures.

Méthode 2 : A3P = Analyse Psychosociologique de Pratiques Professionnelles

(A3P) 
Analyse Psychosociologique des Pratiques Professionnelles


Vignette APP psychosociologieVoir l’exemple d’un déroulé sur 2 pages  PDF image ISRI
La psychosociologie clinique est un champ de la psychologie sociale. Elle pointe les articulations et les processus cognitifs qui entrent en jeu dans les pratiques professionnelles (plus généralement dans les pratiques sociales) d’un individu ou d’un groupe d’individus.

Généralement elle est exercée en contexte professionnel ou sociétal. En revanche, lorsque nous l’appliquons à l’Analyse des Pratiques Professionnelles elle s’exerce en groupe de 10 à 20 participants, hors contexte professionnel.

La méthode s’appuie sur plusieurs champs des Sciences Humaines : animatique, interactionnisme, dynamique des groupes et systémie. Elle aborde les représentations individuelles et vise à la fois la compréhension et le changement de ses pratiques, le cas échéant.

Idéalement, le groupe se réunit tous les quinze jours / trois semaines. Les séances durent de 3 à 4 heures ; parfois 6 heures selon le nombre de participants.

Précisions importantes

PRECISIONS IMPORTANTES 
sur les analyses des pratiques


Analyse des Pratiques Professionnelles - Attention photoLors des exposés des situations professionnelles par les participants, il est courant que des points institutionnels soient soulevés. Il n’y a là rien d’étonnant dans la mesure où les pratiques professionnelles sont exercées dans un contexte et une ambiance de travail spécifique, en l’occurrence l’institution (au sens large, c’est à dire, l’organisation, la collectivité, le service, l’entreprise…).

Quant à savoir si le psychologue doit approfondir les points institutionnels soulevés par les participants, il y a une précision éthique à donner. En effet, pour une Analyse institutionnelle (AI) ou un diagnostic de la qualité sociale d’une organisation (appelé aussi, notation sociale des entreprises), un analyste-consultant est requis et son intervention est nécessairement cloisonnée, notamment par rapport à l’Analyse des Pratiques Professionnelles ; ceci afin de ne point être influencé par une possible interconnexion des deux prestations. Aussi, en pareille situation, le psychologue aura tous avantages de proposer une solution-cadre plus adaptée ; avec l’accord de toutes les parties, bien entendu (cf. l’éthique ISRI).

IMPORTANT : Par ailleurs, pour information, le financement des Analyses des Pratiques Professionnelles ne peut pas se faire sur le budget formation. En effet, l’APP ne répond pas à une action de formation au sens de l’article L920-1 du Code du travail, mais à une prestation d’accompagnement ou de conseils, au même titre que la supervision, les groupes de paroles ou le coaching.

Méthode 3 : EPP = Evaluation des Pratiques Professionnelles

(EPP) 
Évaluation des Pratiques Professionnelles


Evaluation des Pratiques Professsionnelles
L’EPP est une démarche complémentaire à l’Analyse des Pratiques Professionnelles (APP) et à l’Analyse Psychosociologique des Pratiques Professionnelles (A3P). Elle est un mixte de l’animatique et de l’Évaluation Formative (Formative Assessment, en anglais).

Elle consiste d’abord à faire émerger, des participants eux-mêmes, des ajustements à leurs pratiques professionnelles, puis à mesurer périodiquement les évolutions et les résultats.

L’engagement du participant est capital. D’abord il s’engage à modifier ses pratiques professionnelles à partir des ajustements visés ; ensuite, il s’engage à analyser constamment ses pratiques en référence à ces derniers.

Les séances durent généralement 2 à 3 heures tous les mois. Néanmoins un rythme plus soutenu peut être envisagé en fonction du nombre de participants, du nombre de situations exposées, des demandes particulières, etc.

A savoir : l’Évaluation des Pratiques Professionnelles est obligatoire pour les médecins depuis le 01/07/05 (loi du 13/08/04 de la réforme de l’assurance maladie et décret 2005-346 du 14/04/05).

Pour en savoir +

L’Analyse des Pratiques Professionnelles (voir dossier) est une des quatre spécialités du groupe ISRI avec les Risques Psychosociaux (notamment la médiation et les situations de souffrance), le management des hommes (assertivité, coaching) et le développement social (notamment l’évaluation sociétale des organisations, aussi appelée : notation sociale des entreprises).
Les 160 lois de Chalvin de Dominique Chalvin
L’art d’aller à l’essentiel
Leo Babauta