animatique 2/2 - ISRI
Jan 302012
 
Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo Print Mail
Temps estimé pour lire cet article : 3 min.

Une nouvelle approche de la pédagogie : l’animatique (2me partie)

Chronique publiée le 30.01.2012 sur Le Journal du Net

Après avoir présenté dans une précédente chronique l’animatique dans sa définition et sa mise en pratique, il convient d’aborder ses différents aspects d’un point de vue technique.

Dans une précédente chronique du Journal du Net, je présentais l’animatique en tant qu’elle permettait de vivre, d’analyser et de conscientiser les apprentissages, et d’appréhender, en filigrane, une démarche cognitive d’apprentissage à l’apprentissage. L’animatique est donc, à la fois, pédagogique et psychagogique ; ou plutôt, « PSYCHO-PHILAGOGIQUE » (pardon pour le néologisme).

  •  S’agissant de l’aspect pédagogique, « l’éducation par le faire et l’expérience » se substitue à l’enseignement magistral. Ainsi, la COGITATION prédomine.
  • S’agissant de l’aspect psychagogique, elle se situe à deux niveaux intrinsèquement liés : celui du participant et celui du groupe.

Pour rappel, la psychagogie a pour objet d’établir un Moi fort (donc, responsabilisé), adaptable (donc, non déterminé), créatif (donc, force de proposition) et à amener chacun à une autonomie socialisée (donc, participante), voire socialisante (donc, ouverte et tolérante).

En conséquence, le premier niveau de l’aspect psychagogique de l’animatique, celui du participant, vise à instaurer une COMPRÉHENSION de ses attitudes et comportements, à se rendre adaptable et créatif face aux situations ; et à s’autonomiser pour les traiter.

Le groupe (second niveau), quant à lui, est considéré comme « lieu » et « instrument » du premier niveau : chacun est naturellement conduit à CONSCIENTISER des situations présentées, à s’exprimer parfois de façon critique, à subir des « secousses » en retour, grâce au groupe.

En conséquence, il sera très difficile pour l’apprenant de rester dans la dissimulation, de se retrancher derrière un masque, une façade.

Plusieurs courants ont insisté sur ce point, et particulièrement la psychologie sociale du développement (Mugny, 1991), l’approche inter-actionniste (Abric, 1996), et les pédagogies de groupe (Meirieu, 1987).

  •  S’agissant de l’aspect psycho-philagogique, contrairement à la plupart des pédagogies existantes, il surimpose à la formation un regard « philo-psycho-socio ».

Ce qui permet, tel un fil rouge :

  1. d’induire un champ réflexif élargi et donc d’approfondir la perspective du contenu de la formation à partir d’un angle philosophique ;
  2. de fournir aux participants des éléments de culture générale susceptibles d’éclairer avec pertinence les thèmes traités ;
  3. d’aider chaque stagiaire à construire un point d’ancrage personnel articulé autour d’idées et de VALEURS, pour ensuite déployer avec pertinence, cohérence et succès les méthodes et les techniques apprises lors de la formation.

Bref, La notion de psycho-philagogie relie la pratique de la méthode philosophique, laquelle consiste à interpréter et transformer la réalité à l’aide d’idées intelligibles et communicables, et la méthode psychagogique, laquelle consiste à explorer l’identité de la personne pour en déduire des voies de transformation.

Voici donc résumé, en deux chroniques, les trois axes de l’animatique, les 3C : Cogiter – Comprendre – Conscientiser.

Enfin, je précise que les techniques mises en œuvre dans la formation doivent toujours être pensées comme visant un effet immédiat, outre leur aspect devant être souvent ludique.­

ICI des outils de l’animatique (gratuit)
LA, une explication de l’animatique dans l’usage d’un outil : les cartes cognitives (gratuit)

L'auteur

Pour en savoir +

Ce nouveau champ de recherche se situe au croisement de la dynamique des groupes, de la psychosociologie et des sciences de l’éducation.Formateur : Daniel FAULX, Professeur Ulg – Unité d’Apprentissage et de Formation continue des Adultes (UAFA – Faculté de Psychologie et de Sciences de l’Éducation), animateur-formateur dynamicien de groupes Merci de contacter le secrétariat ISRI isri@isrifrance.fr
La formalisation des propositions de formation ou d’intervention est ensuite envisagée, notamment la lecture et la préparation d’un cahier de charges ainsi que l’élaboration d’un séquentiel d’activités. Phases, conditions et procédures de préparation d’une session de formation sont ici abordées.Formatrice : Chantal FAIDHERBE, Formatrice intervenante-dynamicienne de groupes, diplômée d’études supérieures spéciales en intervention psychosociale (Ulg), licenciée en logopédie.
Prérequis : formation de base d’acteur psycho-social
Merci de contacter le secrétariat ISRI isri@isrifrance.fr
S’entraîner pour comprendre leur utilité selon les besoins qu’imposent les publics cibles.Formatrice : Jessica OURAGA, Psychologue, formatrice dans le domaine du travail, formée à la dynamique des groupes au C.D.G.A.I. Merci de contacter le secrétariat ISRI isri@isrifrance.fr
Préalable : avoir terminé la formation de base d’acteur psychosocial. Prérequis : Sensibilisation aux phénomènes groupaux, dynamique des groupes restreints, introduction à la science-action psychosociale et à la dynamique des groupes restreints, introduction à la psychologie collective, analyse organisationnelle et analyse institutionnelle.Formateur : Yves BODART, Psychologue, Formateur intervenant-dynamicien de groupes. Merci de contacter le secrétariat ISRI isri@isrifrance.fr
Toutes les formations clés-en-main ISRI sont homologuées par un certificat ou une attestation officielle et débouchent le cas échéant, sur un Plan de Progrès Personnel permettant à chaque participant de déployer sa stratégie d’action à l’issue du cursus. Elles sont, en outre, assorties d’un Protocole Post-Formation (De quoi s’agit-il ?)
Repérez rapidement les formations auxquelles vous souhaitez participer. Pour vous inscrire. Pour demander un renseignement. pour une date ou un lieu spécifique. Si vous êtes un particulier, vous pouvez bénéficier de conditions particulières : écrivez-nous. Toutes nos formations Clés-En-Main ISRI sont personnalisables, individualisables et adaptables.
La dynamique des groupes
de Jean Maisonneuve
Guide du jeune enseignant
de Fabrice Hervieu

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Un peu de math pour éviter les robots et les spams...

Flèche animée isri franceNotifiez-moi par mail :  (Vous pouvez aussi, sans déposer de commentaire, vous inscrire ici pour recevoir uniquement ceux des autres dans votre messagerie.)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  13 réponses sur “animatique 2/2”

  1. Moi, je vis au Québec et j’ai plus de 27 ans en animation de groupe et en formations.
    Votre profil est clair, net, précis.
    J’aime l’idée de l’animatique. Cependant je n’aime pas tellement le « mot » comme tel . Mais ce n’est pas grave. L’idée est passionnante.
    Personnellement lorsque j’anime je ne suis pas capable de parler plus de 20 minutes sans proposer aux gens qui le désirent un jeu qui bouge.
    Je crois vraiment que si le corps n’est pas d’accord, rin ne le sera.
    C’est simplement dit.. mais c’est cela.
    Merci d’avoir consulté mon profil ainsi j’ai été dirigée vers le vôtre.
    Cécile-Purusha Hontoy.

  2. Bonjour,
    Merci pour votre article (animatique : 2ème partie) que j’ai trouvé très intéressant.
    Serait-il possible d’en savoir plus sur le contenu pratique d’une session : quelles activités sont proposées aux participants, dans quel ordre et selon quelle logique, quelle est le nombre idéal de participants, quelle est la bonne durée…?
    Bien cordialement,
    Philippe

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Cher Philippe,
      Votre demande est audacieuse ! Ma réponse sera-t-elle courageuse ?
      Animatique - elaboration-groupale-autour-de-l-animatique - Permalien ISRIVous trouverez sur le PDF ci-contre (accès après soumission) les réponses à vos questions (contenu, activités, ordre logique, durée, nombre de participants, etc.). Je vous remercie de bien vouloir utiliser ces informations selon les conditions relatives aux droits d’auteur ; ainsi que toutes les informations que je vous transmets ici, s’il vous plaît.
      Animatique - syllabusconception_2012Sur le PDF ci-contre, c’est la conception, la gestion et l’évaluation des dispositifs de formation qui vous sont dévoilées (accès après soumission).
      Néanmoins, ces réponses seront difficilement exploitables si vous souhaitez appliquer l’animatique dans vos formations. Car, vous êtes sans ignorer que pour être un professionnel, il faut acquérir des bases solides. En conséquence, je vous conseille (très) vivement de suivre une formation à l’animatique. Le CDGAI (Centre de Dynamique des Groupes et d’Analyse Institutionnelle) à l’université de Liège peut s’en charger. Vous y serez accompagné, entre autres, par les deux principaux promoteurs de l’animatique, dont le concepteur (je crois qu’il ne fait plus que superviser, dorénavant – à vérifier !) :
      Animatique - Daniel FaulxDaniel FAULX, professeur à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation de l’Université de Liège (UAFA – Unité d’Apprentissage et de Formation continue des Adultes), formateur-intervenant-dynamicien de groupes (CDGAI).
      animatique - Pierre de VisscherPierre De VISSCHER (concepteur de l’animatique), professeur émérite de psychologie sociale et de dynamique des groupes à l’Université de Liège, président fondateur du Centre de Dynamique des Groupes et d’Analyse Institutionnelle (CDGAI), créateur-directeur-éditeur des Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale (CIPS), concepteur du Diplôme International de Science-Action Psychosociale (D.I.S.A.P.S.).
      animatique FormationsPour information, voici le catalogue des formations 2014 du CDGAI en téléchargement en cliquant sur l’image ci-contre ou bien directement sur leur site.
      A la fin du catalogue vous trouverez les tarifs des formations. Vous constaterez qu’ils sont très accessibles.

      Pour votre agenda, les prochaines formations programmées au CDGAI sont :

      Attention, ces liens sont susceptibles de disparaître lorsque les sessions de formation seront réalisées.

      Animatique - Outils ressources et exercices structurésEn naviguant sur le site du CDGAI vous trouverez quelques outils et des exercices expérienciés ou structurés à utiliser dans vos formations. Pour voir le catalogue, veuillez cliquer sur l’image ou bien vous rendre directement sur le site du CDGAI à cette page.
      Animatique La rencontre des objetsVoici pour exemple un exercice structuré qui applique l’animatique lors des présentations des participants en début de formation. Il permet de se présenter les uns aux autres en se centrant sur des caractéristiques ou des traits personnels : La rencontre des objets (accès après soumission).
      Voici aussi un lien vers un exemple d’exercice structuré de dynamique des groupes « Techniques d’animation » (accès après soumission) issu des Presses universitaires de Liège / Les cahiers internationaux de psychologie sociale.
      Animatique la-grande-moriaVoici, un autre exercice structuré de dynamique des groupes qui applique la méthode de l’animatique sur « Les phénomènes et mécanismes sous-jacents à la prise de décision en groupe » : La Grande Moria (accès après soumission).
      Enfin, voici deux exercices structurés de mise en pratique de l’animatique, à l’occasion d’une formation sur (l’hyper)conflit : Le cas Jérémy 1 ; Le cas Jérémy 2 (accès après soumission).
      Vous pouvez aussi télécharger un fascicule gratuitanimatique Principes (accès après soumission en cliquant sur l’image ci-contre) de Daniel Faulx intitulé : « principes pratiques de l’animatique des groupes ». Vous y trouverez, sur 32 pages, exactement ce que promet le titre, à savoir : une synthèse des principes ayant permis de synthétiser le paradigme de cette approche qu’est l’animatique.
      Animatique Démarrer une session de formation - Permalien ISRIVoici aussi un PDF (accès après soumission) qui vous explique comment démarrer une session de formation dans une perspective d’animatique.
      Enfin, je vous conseille vivement de lire ces deux livres de P. de VISSCHER, ils vous donneront les réflexions et les sources qui ont présidées à l’élaboration du concept d’animatique, ce qui vous permettra de mieux l’appréhender dans son essence :
      La dynamique des groupes d’hier à aujourd’hui
      Vous pouvez feuilleter gratuitement quelques pages du livre…
      (déplacez le pointeur de la souris sur l’image pour lire le résumé du livre)
      Us, avatars et métamorphoses de la dynamique des groupes : Une brève histoire des groupes restreints
      Cet ouvrage s’adresse aux professionnels, ainsi qu’aux enseignants et étudiants en psychologie.
      Voici aussi le lien d’un article qui résume les enjeux et les propositions autour de l’animatique.
      Je suis très heureux que mes articles sur l’animatique aient suscités votre intérêt. Voici, pour mémoire, les deux articles ISRI faisant référence à l’animatique, ainsi que la page de présentation de la méthode.

      Vous pouvez aussi télécharger les autres tests et outils ISRI ici
      Nous restons en contact ?

  3. Merci, Jean-Marc, de ce partage très ouvert d’informations remarquablement détaillées.
    Bien sûr votre confiance m’engage et il n’est évidemment pas question d’utiliser ce que vous m’avez transmis.
    Mon souci est de creuser des moyens alternatifs permettant des changements rapides, profonds et durables, en termes de savoir-être/postures.
    L’approche que nous utilisons (décrite dans notre site) nous semble, en effet, efficace dans ce domaine pour environ 2/3 de nos participants (sur des programmes impliquant en gros 3j de présentiel répartis sur 3 mois environ). Mais il est évidemment possible que d’autres méthodes – comme celles que vos documents présentent – apportent des idées enrichissant nos pratiques.
    S’il en est ainsi pour l’animatique, je vous en ferais part, pour voir dans quelles conditions nous pourrions les utiliser.
    En attendant, je serais heureux d’un échange sur nos pratiques/expériences.
    Heureuses fêtes de fin d’année!
    Philippe Fourteau

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Philippe,
      Il me faut préciser que vous pouvez (à priori) utiliser librement les informations transmises. En revanche, je vous prie d’être particulièrement attentif aux droits d’auteurs. Par exemple, vous devrez vous assurer que vous pouvez exploiter tel ou tel exercice en recherchant les autorisations ou l’absence d’interdiction. Ce que vous préciserez, bien évidemment auprès des participants à vos formations, par exemple, de la manière suivante :
      « Cet exercice est utilisé avec l’aimable autorisation de son auteur, Daniel Faulx, CDGAI, université de Liège, http://www.cdgai.be et a été téléchargé sur le site http://www.isrifrance.fr.
      N’oubliez pas, non plus, de toujours donner les sources des outils que vous utilisez. Par exemple :
      « Cet exercice a été élaboré par Daniel Faulx, CDGAI, université de Liège, http://www.cdgai.be et a été téléchargé sur le site http://www.isrifrance.fr. »
      Ou tout autre formulation s’y rapprochant et ne prêtant pas à confusion sur l’origine et le droit d’auteur des outils (auteur, autorisation, site de téléchargement…).
      Bien entendu, il n’y a aucun inconvénient à ce que nous échangions sur le thème.
      Bien à vous
      Jean-Marc

  4. Bonjour Jean-Marc, J’ai appris plein de vocabulaires modernes par ton article intéressant qui donne envie d’en savoir plus. Mais la prononciation de certains me semble bizarre comme animatique, psycho-philagogique. Mais cette formation doit être intéressante surtout si un effet immédiat est promis. J’aimerai en savoir plus sur le contenue.
    Néanmoins je réagis à cet article juste par quelques remarques, questions ou d’information :
    Tu as bien insisté sur l’aspect cognitif, cogiter, comprendre et conscientiser dans l’apprentissage. Mais le mot « émotion » est essentiel dans le processus d’apprentissage. Quand on intègre des émotions dans l’apprentissage le résultat reste durable. Pourquoi ce mot manque dans l’article.
    Il me semble que toutes cognitions qu’elles soient négatives, positives ou neutres déclenche des émotions positives, négatives ou neutres. Et l’inverse est valable aussi. Dans n’importe quel sens, il se produit un comportement plus ou moins adapté ou inadapté.
    Je suis tout à fait d’accord qu’ «l’apprenant » (j’aime plus qu’ « apprentie ») doit rester constamment en état d’apprentissage après sa formation. Comme l’article précise l’apprentissage non seulement doivent être assimilées et utilisées opportunément après la formation, dans le quotidien », j’ajoute parce qu’il doit répondre à l’exigence de la loi d’apprentissage et d’assimilation. C’est-à-dire « du temps » et l’alternance d’ « échec » et « réapprentissage » jusqu’à la réussite et le perfectionnement.
    En plus il faut préciser que les processus d’apprentissage et ou de changement sont parfois complexes et progressives. D’une part parce que :
    -les 3 premiers mois c’est la phase d’apprentissage et d’assimilation. L’apprenant se sent mieux et gère mieux, mais l’entourage ne se rende pas compte des changements, car il y a des rechutes (normales, d’après la loi d’apprentissage),
    -Entre 3 et 6ème mois c’est la phase d’entrainement qui a besoin de ce que j’appelle des «chantiers» qui sont des terrains et des occasions pour appliquer ce qui a été appris, analysé ou conscientiser dans une formation, une thérapie ou lors des supervisions. pendant ces phases, l’entourage se rend compte des changements et souvent les expriment. l’apprenant est très content et fière de lui et lui donne envie de continuer ses efforts.
    -Entre 6ème et 9eme mois, c’est la phase de consolidation,
    -Et enfin entre 9ème et 12ème mois c’est la phase du maintien du changement et parfois la personne a complètement oublié comment il était.
    à suivre,
    bonne fêtes,
    Mab Attari-Fricker

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Mab,
      Cet article présente l’animatique en tant que pédagogie de l’action afin que les formateurs puissent créer des formations efficientes.
      Ceci dit, il est tout à fait possible de suivre une formation à l’animatique. Pour en savoir plus, clique sur ce lien : Animatique, commentaire 261, tu y trouveras aussi une réponse à ta demande sur le contenu. Bonne pêche miraculeuse !
      S’agissant de ta réaction sur l’absence de référencement aux émotions dans cet article, tu as parfaitement raison. En fait, les émotions sont partie intégrante de l’animatique mais le thème est tellement vaste que j’ai préféré le traiter à part. Ainsi tu peux suivre ces liens qui y font référence dans le détail :

      J’aime beaucoup de rappel des processus cognitifs de l’apprentissage et je t’en remercie. Cependant, je ne suis pas certain que la structuration que tu proposes soit aussi ordonnée. Je la prends plutôt comme un repérage car la démarche cognitive est fonction d’aléas et de critères comme les chutes, le contexte, l’ambiance, la motivation, l’effort, l’état de santé, le consultant (qu’on peut nommer : le révélateur, l’éveilleur…), etc.
      En fait, il y a trois temps de l’acte réfléchi (cognition de l’apprentissage) :

      Animatique ISRI - cartes cognitives - Les trois temps de l'acte réfléchi

      Pour aider à apprendre à apprendre, nous utilisons un jeu de 44 cartes cognitives dont voici la liste et le schéma opérationnel :

      PRISE D’INFORMATION

      • I1 Perception claire et stable
      • I2 Exploration systématique
      • I3 Appellation
      • I4 Repérage spatial et temporel
      • I5 Conservation des constantes
      • I6 Multiplicité sources d’observation
      • I7 Recherche de précision
      • I8 Flexibilité de la perception

      TRAITEMENT DE L’INFORMATION

      • T1 Identification du problème
      • T1’ Intériorisation du problème posé
      • T2 Gestion de la motivation
      • T3 Sélection de l’information pertinente
      • T4 Prise de conscience des oublis
      • T4’ Recherche des informations manquantes
      • T5 Conservation simultanée de toutes les info. utiles
      • T6 Comparaison des informations utiles
      • T7 Planification – Evocation anticipée de la méthode
      • T8 Classification des informations utiles
      • T9 Décision de mémoriser
      • T10 Recours à la pensée analogique et à l’imaginaire
      • T11 Gestion de la concentration
      • T12 Constitution de relations logiques
      • T13 Formulation de plusieurs hypothèses
      • T14 Mise en question de l’interprétation
      • T15 Projection de relations
      • T16 Recherche de points de repères
      • T17 Gestion de l’appréhension devant une nouvelle tâche
      • T18 Gestion de projet et d’objectifs
      • T19 Flexibilité des stratégies
      • T20 Recul par rapport à l’empreinte
      • T21 Appropriation des données
      • T22 Gestion de la vigilance dans la facilité
      • T23 Décomposition de la difficulté
      • T24 Choix d’un cadre de référence approprié
      • T25 Questionnement
      • T26 Tirer profit de toute expérience ou erreur

      DÉCISION – ACTION

      • D1 Contrôle de l’impulsivité
      • D2 Dépasser l’approche par essais – erreur
      • D3 Surmonter les blocages
      • D4 Comparaison des solutions possibles
      • D5 Recherche de solutions alternatives
      • D6 Evocation anticipée de l’action
      • D7 Clarté de la communication
      • D8 Stratégie de vérification

      Animatique ISRI - cartes cognitives - Les trois temps de l'acte réfléchi - Schéma opérationnel

      Voici le recto-verso de l’une de ces 44 cartes cognitives, la D3 : Surmonter les blocages

      Animatique ISRI - cartes cognitives - Les trois temps de l'acte réfléchi - Carte exemple RECTO-VERSO

      Nous avons testé puis affiné ce jeu de carte dans un contexte qui ne se prête pas particulièrement aux apprentissages : le milieu carcéral auprès de personnes sous main de Justice, d’âges variants de 18 à 50 ans et de niveaux scolaires différents : du CM2 au Bac +2 en passant par les CAP / BEP. Nous savions qu’un succès dans un tel contexte assurerait le succès dans toutes les formations dont la pédagogie serait l’animatique. Pari tenu !
      Voici la mise en place et la méthode d’utilisation des cartes cognitives :
      Les cartes cognitives et leur utilité sont présentées succinctement lors de la présentation de la formation. L’animateur appuie particulièrement sur deux points : « Apprendre à apprendre » et la méthode de résolutions de problèmes. Il insiste aussi sur le fait que l’utilisation des cartes fera partie intégrante de la formation.
      Les apprenants reçoivent leurs livrets de compétences où sont répertoriées les différentes cartes et une explication de la méthode. Donc, ils peuvent déjà, en cellule, se familiariser avec la méthode et les différents types de cartes.
      Au bout de la 3e séance, l’animateur distribue un jeu de cartes complet à chaque apprenant, avec comme consigne de les lire pendant le temps libre en cellule, pour commencer à s’en imprégner.
      À la 4e séance – (première séance collective d’utilisation des cartes) :

      • Chacun énonce un problème qu’il a rencontré dans un exercice de la formation (ce problème est reformulé en groupe, avec l’aide de l’animateur, pour bien le circonscrire).
      • Puis, l’apprenant recherche individuellement la carte « prise d’information » associée à son problème (l’animateur explique, précise, aide à la compréhension des libellés)
      • Enfin, il recherche les cartes appropriées dans « traitement de l’information » et « prise de décision ».

      Quand tous les membres du groupe ont trouvé les cartes correspondantes à leur problème, l’animateur inscrit les différentes réponses sur le tableau. Puis chacun lit, à voix haute, les cartes trouvées. L’animateur vérifie que tout le groupe a bien compris l’énoncé des cartes et précise les points obscurs. Le résultat est, enfin, inscrit dans chaque livret de compétences.
      Cet exercice de mise au point se déroule à peu près toutes les 4 ou 5 séances. L’animateur insiste pour une utilisation en continu des cartes et aide aux démarches individuelle. Leur utilisation doit être la plus régulière possible, jusqu’à l’instauration d’un réflexe démontrant l’autonomisation.
      Lors des évaluations, l’animateur incite fortement chaque apprenant à s’en servir individuellement pour résoudre les problèmes rencontrés. Et en fin d’évaluation, les différents cas et les solutions trouvées sont exposés et débattues en groupe.
      Bon, je vais m’arrêter là car je ne peux pas tout dire non plus…

      • Bonjour Jean Marc, j’apprécie ta réactivité, c’est un plaisir d’échanger avec toi. Tu m’apprends aussi bien des choses. je suis convaincue du sérieux de tes formations.
        Désolée pour le mot « train » (corrigé par le modérateur dans le commentaire précédent, ndlr) au lieu de « terrain » que j’appelle aussi « chantier » d’application des notions apprises et le passage à l’acte (famille, travail, amis, situations sociales,…).
        Pour revenir sur la loi d’apprentissage qui peut durer jusqu’à un an. Il consiste en fait, du temps nécessaire au psychisme de traiter l’information cognitivement, émotionnellement et pour passer à l’acte sans des sensations corporellement.
        Ceci est scientifiquement prouvé et avec mes patients, nous validons tous les jours. Ceci ne va pas à l’encontre de ce que tu as écrit mais c’est une autre façon de calculer le temps psychique à tout changement de comportements dans une thérapie TCC.
        Malgré les changements cognitifs chez l’ « apprenant » (en formation pour toi » et le « patient » (en traitement pour moi), la personne pour passer à l’acte peut ressentir encore des sensations corporelles (tremblement, battement rapide du cœur, les mains moites, vertige,…) ou peut manifester des émotions négatives (la colère, la tristesse, la peur, …) ou d’avoir des sentiments de (honte, de la culpabilité,… ) qui peut produir ainsi des comportementales inadaptées (la fuite, l’évitement, l’affrontement brutale et défensif,…).
        Donc l’apprentissage ne peut être opérant en quelques jours de formation pour tous.
        Je pense que après le traitent des blocages chez mes patients je peux leur proposer d’assister à tes cours pour apprendre les techniques performantes pour s’affirmer ou apprendre à apprendre,….avec des supervisions régulières pendant un an.
        Finalement nous pouvons former ensemble une équipe complémentaire et efficace qui travail dans la duré et pour l’efficacité.
        Je refus de « disputer » le bout de gras avec toi mais j’aimerais que « échanger », «partager», « collaborer » et « compléter » nos pratiques.

  5. Véronique ANTONIOLIIl y a vraiment de l’avenir dans ce domaine, je côtoie des jeunes qui ne se retrouvent plus dans l’enseignement traditionnel qui n’évolue pas aussi vite que notre monde avec ses nouvelles technologies qui changent radicalement le rapport à l’information et son traitement. Ces jeunes sont aussi en recherche d’expériences qui donnent du sens à leur projet et leur avenir, je travaille avec l’association Trouver/Créer à Lyon qui met au cœur de son accompagnement le traitement de l’expérience.

  6. Patrick NEVEUTrès très intéressant ! Un nouveau mot pour nos pratiques.
    En complément, connaissez-vous les travaux du Dr AUSUBEL sur l’apprentissage significatif. Ils sont méconnus en France. Combiné avec l’approche groupale, c’est très puissant. Pour ma part, je pense pratiquer, ce qui est appelé animatique ici, depuis les années 90. Puis, depuis 2003, j’y associé les travaux du Dr AUSUBEL et ses dérivés comme les cartes conceptuelles pour mieux visualiser et comprendre la dynamique d’apprentissage à l’oeuvre chez une personne et au sein d’un groupe.

  7. Je suis fière d’intégrer un nouveau terme technique dans mon Larousse personnel que j’appréhende aisément dans ma sphère professionnelle mais sans pourtant conscientiser ce concept novateur qu’est l’animatique.
    En effet, j’anime des ateliers de théâtre depuis des années et je déploie l’animatique sans le savoir. L’algorithme d’apprentissage varie de façon tangible d’un groupe et d’une séance à l’autre.

  8. Très intéressant, souhaite relire vos articles et y bien réfléchir ! Merci


Notice: ob_end_flush(): failed to delete and flush buffer. No buffer to delete or flush in /home/isrifran/www/wp-content/plugins/http-https-remover/http-https-remover.php on line 54