Nov 172012
 
Cet article a été mis à jour le 27 juillet 2017
Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo Print Mail
Temps estimé pour lire cet article : 5 min.

Caractère - Panneau LeadershipLes quatre attributs
incontournables
pour se forger
un caractère de leader

Comme nous l’avons précisé à plusieurs reprises dans le dossier Leadership,  le CARACTÈRE représente 90 % de l’ÊTRE d’un leader d’excellence. Il paraît donc capital de réunir les meilleures conditions possibles pour se forger le caractère approprié. En lien avec le dossier en trois parties sur le Leadership, voici quelques conseils pratiques pour devenir un bon leader, et, au-delà, par extension, ressentir votre potentiel en la matière.

 

Introduction

Introduction

Réseaux Sociaux partage ISRI FRANCE FlècheVivre avec la responsabilité de mener à bien des projets et des hommes, autrement dit être un leader, exige une réelle objectivité de soi-même car elle nécessite :

  • de répondre à des obligations,
  • d’être discipliné,
  • d’avoir une volonté sans faille,
  • de faire preuve de discernement.

Ce n’est pas facile, loin s’en faut ! C’est pourquoi nous allons aborder indépendamment chacun de ces points même s’ils font partie intégrante d’un tout et doivent s’assembler de manière équilibrée pour former le caractère d’un BON LEADER.

- Répondre à des obligations

Répondre à des obligations

Nous entendons une phrase curieusement lancinante lors de nos interventions : « je fais ce que je peux ». Il nous est souvent difficile, nous-autres consultants ISRI, de déterminer s’il s’agit d’une démission, d’un appel au secours, ou bien d’un manque d’enthousiasme dû à un je-m’en-foutisme dans l’exécution de ses fonctions, attendant seulement la fin de la journée et la paie à la fin du mois !

Caractère - Drapeau français dossier ISRI FRANCEPourtant, faire face à ses obligations, autrement dit ACCOMPLIR SON DEVOIR, est fondamental pour être reconnu et mener efficacement ses fonctions de leader. Comment faire ?

C’est simple et difficile à la fois. Simple dans l’énoncé, difficile dans la pratique. Elle se résume néanmoins de la manière suivante :

Ayez foi en vous ! Libérez-vous de vos peurs ! Osez prendre l’initiative ! Trouvez le bon tempo entre travail et détente ! C’est en travaillant cela avec éthique que vous acquerrez L’ATTITUDE JUSTE. Faites-le indépendamment d’une rémunération ou d’une comparaison avec d’autres.

Les accompagnements de dirigeants d’entreprise, d’autres managers ou de chefs de service de l’Administration que nous effectuons, usinent, tordent, extrudent ces points visant le sens du devoir afin d’inhiber la peur de l’échec et, par voie de conséquence, de dépasser leurs propres attentes en matière de performance et réduire les souffrances au travail.

Winston CHURCHILL a dit : « On vit de ce que l’on obtient. On construit sur ce que l’on donne ».

- Être discipliné

Être discipliné

La DISCIPLINE est indispensable pour réussir dans ses fonctions de leader. Mais, pourquoi ?

Comparons un instant, si vous le voulez bien, notre vie professionnelle à un match de rugby : il y a des règles à respecter et chaque joueur ne fait pas ce qu’il veut avec le ballon ! Ce sont ces règles et restrictions et leur respect qui permettent au jeu de rugby de soulever des foules. Il en va de même dans le milieu professionnel : nous pouvons jouer, pousser, plaquer, prendre le ballon, le faire passer selon des règles, celles de l’éthique.

C’est la discipline individuelle qui produit celle des collaborateurs, de l’équipe ou de l’entreprise entière. Votre succès de leader dépend du soutien que vous serez capable de Caractère - Discipline (Emerson) Dossier ISRI FRANCErecueillir auprès des autres, et vous y parviendrez seulement par la pratique de la discipline personnelle. L’essayiste américain Ralph Waldo EMERSON (photo ci-contre) a dit « Ce que vous êtes résonne si fort dans mes oreilles que je n’entends pas ce que vous dites ». Soyez donc un exemple de discipline, portez-la au plus haut degré de votre caractère, c’est elle, la DISCIPLINE, qui parlera de vous avec le plus d’éloquence.

Rappelez-vous : personne ne peut réussir seul ; la discipline est votre crédibilité et la pierre angulaire de votre leadership.

- Avoir une volonté sans faille

Avoir une volonté sans faille

N’avez-vous jamais eu l’illusion, quelquefois, de ne pas contrôler les événements ? Que tout semblait vous échapper ? En pareil cas, ne vous sentiez-vous pas, tout au moins, mal à l’aise, sinon déprimé, voire épuisé, autrement dit en état de « burn out » ? Bien sûr ! Qui n’a pas connu ces impressions-là à un moment ou à un autre de sa vie professionnelle ?

Il existe Caractère - Panneau optimiste-pessimistespourtant une faculté qui réussit quand tout le reste échoue : c’est la volonté ; plus exactement la DÉTERMINATION et la PERSÉVÉRANCE.

Faisons immédiatement une différence entre persévérance et obstination :

l’obstination, c’est (re)connaître ses erreurs, les difficultés dans le chemin et s’entêter à procéder sans changer, sans écouter les suggestions. L’obstination est un manque de flexibilité commandé par l’orgueil, l’ego.

La persévérance, en revanche, c’est ajuster ses erreurs et difficultés pour avancer vers le but fixé.

Enfin, la détermination, sans orgueil, ou dépourvue d’intérêt personnel, donne au leader un sens aigu du discernement.

- Faire preuve de discernement

Faire preuve de discernement

Caractère - DiscernementTous les leaders sont confrontés à des choix difficiles.

Ils doivent souvent distinguer ce qui est adapté pour une situation et non pour une autre, constamment, inlassablement, persévéramment.

Le discernement est la capacité à prendre la bonne décision en fonction des éléments d’appréciation dont on dispose dans des circonstances particulières. Il est fondé sur l’éthique.

Conclusion

Conclusion

Chacun de ces quatre attributs du caractère, le sens du devoir, la discipline, la volonté et le discernement, ne peuvent être considérés séparément ; ils doivent être étroitement liés pour contribuer à un leadership d’excellence qui peut se résumer  à « Observez, observez, observez, apprenez, travaillez et appliquez ». Répétez-vous  patiemment ce slogan, mettez le en œuvre et les fruits de votre labeur seront décuplés le plus naturellement du monde…

L'auteur

Pour en savoir +

Si nous poussions le raisonnement en cohérence avec le dossier ISRI sur le Leadership, nous pourrions dire :

[hi]FAITES CE QUE VOUS ÊTES ![/hi]

En effet, nous rappelons que 90 % d’un leadership est représenté par l’ÊTRE (ce que vous êtes, votre personnalité, votre façon de penser, d’articuler les choses, votre manière d’agir…).

Equi-management, leadership et assertivité

L’indispensable pour avancer dans sa vie personnelle et professionnelle !

L’exigence des entreprises vis-à-vis de leurs responsables est de plus en plus axée sur la compétence à fédérer et donner du sens au travail. Développer son leadership et sa capacité à s’affirmer sans violence ou assertivité devient un passage obligé. Affirmer et faire vivre ses valeurs, donner envie à ses équipes d’œuvrer ensemble. Cette formation va permettre cette meilleure vision de soi-même d’un point de vue aptitude à la communication et capacité à prendre sa place dans l’entreprise.
Manager avec la philosophieDes ressources inédites ! La philosophie occidentale offre des perspectives créatives de choix en matière de redéploiement du management et de conduite des hommes dans les organisations. Les méthodes de travail de la « philo » apportent des ressources inédites pour guider les décideurs dans leurs réflexions et leurs actions.
L’Entretien Annuel d’Appréciation : un véritable et puissant outil de management ! L’Entretien d’Appréciation d’Animation (EAA) ne doit plus être l’objet de peurs fantasmées mais un véritable outil de management visant à mobiliser, motiver et faire évoluer ses collaborateurs dans des organisations en perpétuelle mutation. L’entretien d’appréciation, pour être efficace, implique de suivre des règles précises, tant sur le fond que sur la forme. La formation se déroule sur deux jours + un jour, un mois après.
Affirmation de soi et développement du leadershipD’après le livre à succès « S’affirmer sans s’imposer » Ce stage est issu en grande partie du livre à succès de Gilles Prod’Homme (troisième édition), un des spécialistes français de l’assertivité : « S’affirmer sans s’imposer » (Éditions Dunod).
Devenir un négociateur référentAujourd’hui, un incontournable du management. La maîtrise de l’art de la négociation, en direction de toutes les « parties prenantes », constitue un incontournable du management. Savoir négocier est une prérogative-clé de tout professionnel.
Améliorer son image personnelle en contexte professionnelPour les décideurs ! L’image de soi dans la vie professionnelle joue un rôle important dans les relations interpersonnelles et l’aptitude à interagir positivement avec les autres. Véhiculer une bonne image de soi est un atout à privilégier dans le développement des talents managériaux.
Être patron sans perdre son âme
Marie-Christine Bernard
L’élan sociodynamique
Jean-Christian Fauvet

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Un peu de math pour éviter les robots et les spams...

Flèche animée isri franceNotifiez-moi par mail :  (Vous pouvez aussi, sans déposer de commentaire, vous inscrire ici pour recevoir uniquement ceux des autres dans votre messagerie.)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  17 réponses sur “se forger un caractère de leader”

  1. Je partage le fait que si certains sont des leaders nés, tous gagneront à bien connaître et aiguiser les qualités clés dont vous parlez dans votre article. Le monde a été trop abimé par des leaders dit « Charismatique » qui n’étaient rien de plus que des despotes.
    Le leader dont vous parlez est un leader conscient. Il est capable d’un leadership en entreprise qui fait l’entreprise solide tant financièrement qu’humainement. C’est-à-dire un leader qui suit un code de valeurs tant dans sa vie que dans les affaires.
    Ce code de valeurs agit comme un filet de sauvegarde quand les choses sont difficiles et il garde de la tentation de se transformer en despote dans les moments de crise.

    • Dossier leadership - connaissance de soi isri franceEffectivement Damien, le leader dont je parle dans l’article est un leader conscient qui suit un code de valeurs.
      Alors, nous pouvons nous poser la question : un leader conscient de quoi ?
      Un leader conscient de l’aspect arbitraire et transitoire du pouvoir, qu’il soit social, économique ou politique. Un leader conscient qu’il n’a pas de meilleur guide que sa conscience, et qu’il ne devrait jamais rien faire sans l’avoir consultée. Un leader qui pense par lui-même, avec une éthique forte, tout en usant des techniques et modèles de la communication et des relations interpersonnelles.
      Bref, un leader d’excellence !

  2. J’ai un caractère de leader mais oups je suis une femme avec des valeurs humaines …
    Cherchez l’erreur .
    J’oubliais … je dérange les hommes et fais peur aux femmes.
    Du coup je ne travaille plus alors que j’ai un appétit d’ogresse .
    Allo Docteur ? Je vous écoute.
    Cordialement

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Fastoche : une petite pilule bleue au coucher, une petite pilule rose au lever (pour voir la vie en rose !) ; dans la journée, un comprimé d’aspirine dans chaque chaussure !
      Non, je plaisante, bien sûr ! Impossible pour moi de vous conseiller quoi que ce soit pour… une bonne centaine de raisons. Je ne m’engagerai pas non plus sur le registre de la moralisation.
      En revanche, je peux vous inciter à introspecter l’affirmation posée dans l’article : « Le CARACTÈRE représente 90% de l’ÊTRE d’un leadership d’excellence ». A condition, bien entendu que vous soyez persuadée de cela…
      Alors, là, Corinne, si c’est le cas, je peux vous dire, par expérience : c’est du boulot !

  3. YD CONSULTANT DUFOUR yvesLe problème… c’est que le caractère évolue mais ne change pas…quelqu’un qui n’est pas organisé a très peu de chance de l’être un jour…
    Dans la réflexion, on est proche d’un entrepreneur…plus que d’un leader…c’est peut être une question à se poser ?

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Merci Yves pour votre retour.
      Il est bien difficile, en effet, de modifier son caractère. Je me demandais, quand même, s’il était immuable (donc, qu’il ne pouvait pas évoluer, qu’il ne pouvait pas changer) ?
      Si oui, est-ce que cela voudrait dire que nous l’aurions une fois pour toutes dès notre naissance et, par conséquent, que tout serait joué d’avance ?
      Votre point de vue m’intéresse.

      • YD CONSULTANT DUFOUR yvesEn effet Jean marc,
        J’étudie la personnalité depuis au moins une quinzaine d’années et suis passionné par le comportement humain.
        Je dirai que nous avons ce que je nomme une cartographie mentale.
        Le caractère c’est l’essence même de l’homme. il est influencé par les expériences la vie les réussites échecs etc…et est même constitué en partie de cela
        Tout n’est pas joué d’avance (mais pas loin…) mais à l’âge adulte selon moi sauf vraiment des accidents de la vie (positif ou négatif : des choses marquantes) il est difficile de faire évoluer son caractère.
        Il y a une évolution certes mais pas de changement a proprement parler .
        quelqu’un qui n’est pas bon gestionnaire ne le sera jamais sauf si il lui venait une telle volonté que cela deviendrait presque de l’ordre de l’insurmontable…
        Pour parallèle, admettons que le caractère soit le moteur d’une 2cv, vous pouvez l’améliorer mais si vous voulez quelle fasse 400 cv…vous ne pourrez garder le moteur d’origine (ni le reste d’ailleurs…lol)…c’est un peu pareil le caractère/la personnalité.

  4. Soulairol Jean-Marc (ISRI)Grand merci Yves pour votre promptitude Yves,
    Si vous étudiez la personnalité depuis une quinzaine d’années, je me permets de soumettre à votre sagacité trois articles que j’ai écrit il y a quelques temps :
    Le changement personnel : individu, personne, personnalité
    Comprendre le changement : les valeurs, importance et ambivalence
    Le salarié dans son entreprise, un inventeur de manières de faire
    S’il vous agrée j’en serai honoré.
    J’aime beaucoup l’exemple de la 2cv. Néanmoins, si je fais évoluer un peu la 2cv, n’est-ce pas un changement pour elle, dans son registre personnel ? Suis-je tenu de comparer ses performances avec d’autre registres ? L’homme n’a-t-il pas un seuil insurmontable mais qui représente le summum pour chacun de nous ? Quelle joie aurions-nous à transporter des troncs d’arbres avec le nez, tels des éléphants ?
    Autant de questions qui m’interpellent et pour lesquels je sollicite votre regard.

    • YD CONSULTANT DUFOUR yvesBonsoir Jean marc, alors là il va le falloir un certain temps pour répondre a toutes vos questions.
      Juste sur l’exemple de la 2 cv.
      Vous pouvez l’améliorer en effet mais son âme entre guillemets dans mon exemple était son moteur en parallèle avec le caractère.
      Donc vous pouvez effectivement accompagner l’évolution mais pas en terme de changement radical.
      Si changement radical il y a sans changer de voiture bien sur… Il faut changer la source.
      Dans notre contexte du caractère on peut évoluer mais je maintiens qu’il n’est pas possible de changer les traits de caractère sauf avec un « accident »…
      Par ailleurs admettons que nous changions le moteur sur notre 2 cv (on lui met un moteur de Ferrari) le reste ne suivra pas et vous serez limité par les autres élément d’origine… Si je reviens a nouveau a notre personnalité : forcer quelqu’un de désorganiser a organiser les choses dans la durée, cela deviendrait une telle contrainte pour ce dernier que d’autres lacunes viendraient a survenir… Peut être l’incapacité a anticiper (trait qui est souvent de pair)
      Je ne sais pas si je suis des plus clairs, cela me semble évident mais pas toujours facile a faire comprendre…
      Je regarde vos articles et vous réponds demain ou après demain
      Merci en tout cas de votre intérêt.

  5. YD CONSULTANT DUFOUR yvesBonsoir Jean Marc et invités…
    Comme convenu, je reviens sur le sujet pour compléter.
    1er topic :
    très très intéressant il y a certaines définitions qui ne m’étaient pas connues.
    On va dire que je ne suis pas d’accord fondamentalement à partir de :
    La définition uniquement d la personnalité (behaviourisme…par contre complément d’accord sur la motivation)
    Pour le dire autrement, il n’y aurait ni soi, ni conscience de soi, ni communication en dehors de la société, c’est-à-dire en dehors d’une structure qui s’établit à travers un processus dynamique d’actes sociaux communicatifs, à travers des échanges entre des personnes qui sont mutuellement orientées les unes vers les autres. Par un mot : en interrelation.
    Pour ma part je pense qu’il y a une emprunte et qui en effet se matérialise au cours des échanges en société et ceci a divers degrés (ce qu’ils définissent par réseaux)…mais elle existe…seulement sans société elle serait latente.
    D’où ma pensée sur le fait qu’une personne ne peut changer fondamentalement dans ses traits de personnalités sauf dans des cas très précis (environnement favorable qui peut faire en sorte que le degrés de réaction de la personnalité varie, accident de la vie)
    2ime topic
    Rien à dire et aussi intéressant que le premier.
    Si ce n’est que le bien être ou mal être social de l’individu prend beaucoup plus de place (ou de répercutions) dans l’entreprise et va jouer énormément.
    Pour revenir au RPS et répondre sur le commentaire que j’y avais fait…il est très difficile d’intervenir car au delà du mal être potentiel dans l’entreprise il y a le mal être social.. ce pourquoi j’ai tendance à réfuter l’idée de règles…en somme c’est bien trop complexe pour y donner des règles.
    3 ieme topic
    …je ne me répèterai pas…(lol)
    Je pense un peu restrictif les 3 « normes »…
    IL en manque une selon moi, celui qui n’a rien ç faire dans la société (le fumiste peut être au risque de me prendre un retour de bâton de la part de certains).
    Je suis un adepte des échecs et dans certaines réorganisations dans des entreprises j’ai joué avec ce type de cohésion mais surement différemment.
    Mes travaux concernaient 30 salariés et la cohésions des personnalités permet aujourd’hui après plus d’un an de mise en place une bien meilleure cohésion…cela n’est pas encore fini…mais je me suis permis ce type de travail après une très bonne connaissance de tous les acteurs que j’ai reçus en entretien pendant plus d’une heure trente chacun…(en intégrant mais avec une faible valeur l’aspect social).
    Mon analyse m’a permis aussi de me rendre compte qu’il est très difficile de faire ce type de travail dans la pérennité.
    Les « gens » étant tellement sous tension en ce moment…
    J’espère avoir répondu a peu prés clairement et Je respecte le travail remarquable de vos « thèses »….j’ai fait ma caro-Kann…(lol)
    Au passage pensée « amicale » et avec humour : je vais me délecter d’une bonne crème de marron

  6. « Nous entendons une phrase curieusement lancinante lors de nos interventions : « je fais ce que je peux ». Il nous est souvent difficile, nous-autres consultants ISRI, de déterminer s’il s’agit d’une démission, d’un appel au secours, ou bien d’un manque d’enthousiasme dû à un je-m’en-foutisme dans l’exécution de ses fonctions… »
    Peut-être tout simplement que la personne touche les limites de ses possibilités de charge de travail… Votre idéologie du dépassement au travail mène des millions de personne au stress et au burn out…

    • Je comprends votre remarque. Le dépassement n’est pas le harcèlement. Le véritable leader n’est pas là que pour tirer et user jusqu’à la corde ses équipes. Il doit savoir les motiver certes, assurer la cohésion d’équipe et savoir déceler les signes avant-coureurs de la lassitude.

    • Dosda Sylvain (ISRI)Je vous rejoins quand vous dites : « Peut-être tout simplement que la personne touche les limites de ses possibilités de charge de travail… ». C’est précisément l’interprétation que l’on peut avoir lorsqu’il est précisé dans l’article : « Il nous est souvent difficile […] de déterminer s’il s’agit d’une démission, d’un appel au secours ». Il y est fait allusion à ces souffrances, justement.
      Maintenant, quand vous dites : « Votre idéologie du dépassement au travail mène des millions de personne au stress et au burn out… », pour ne pas me tromper, vous serait-il possible de préciser votre pensée ? Autrement dit, pourriez-vous reformuler, s’il vous plaît ?
      Vous avez raison et je vous rejoins. la phrase : « Il nous est souvent difficile […] de déterminer s’il s’agit d’une démission, d’un appel au secours… » veut pointer largement tous les risques psychosociaux. Ce qui inclut vos propos, bien entendu : « Peut-être tout simplement que la personne touche les limites de ses possibilités de charge de travail… »
      Par ailleurs, pourriez-vous préciser ou reformuler votre dernière réflexions, s’il vous plaît ? En fait, je ne sais pas qui est ce « votre » ni même de quelle idéologie vous parlez dans : « Votre idéologie du dépassement au travail mène des millions de personne au stress et au burn out… » ?
      En vous remerciant par avance pour votre réponse.

  7. Pourquoi pas…
    Désolé, ce n’est pas très constructif comme commentaire.
    Mais je ne vois pas vraiment ce que je pourrais dire de votre article
    si ce n’est « oui et alors? »
    Et je ne suis pas convaincu que le choix des 4 attributs soient les plus essentiels pour un leader.

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Pour approfondir le sujet, je vous invite à lire le dossier complet en cliquant sur les liens se trouvant dans le dossier complet.
      Je note, par ailleurs, que si vous dîtes n’avoir rien à dire, c’est certainement que le contenu de cet article vous est, sinon familier, tout du moins largement incomplet. Auquel cas, pourrais-je vous demander de nous faire profiter de votre expérience, s’il vous plaît ?
      En croyant fermement que votre commentaire a été posté pour engager un débat enrichissant… sinon, merci de ne pas tenir compte de cette proposition.
      Bien courtoisement

    • Pour revenir à l’essence du leadership:
      1) Un leader existe s’il a … des followers
      On n’est leader de rien du tout si on est suivi par personne!
      2) Les personnes vous suivent parce que … vous les engagez!
      Donc un leader doit être capable de … créer un followership fort.
      Note très importante:
      Un employé lamda n’est pas un follower!
      Ce n’est pas parce que vous l’avez engagé – donc lui avoir fait signer un contrat de travail- qu’il est engagé! Il y a une subtilité sur les mots.
      Au delà de ce qui créer un followership fort et pour revenir sur les attributs essentiels qui forgeraient
      un caractère « exceptionnel » (tant qu’à faire) de leader:
      I) pratiquer l’AUTHENTICITE
      note:
      1) on vend mal une soupe qu’on trouve mauvaise
      2) on peut argumenter un moment sur la définition d’authenticité, mais je ne vais pas le faire. 😉
      II) pratiquer (développer) SELF-AWARENESS et SELF-OBSERVANCE -comme disent les anglophones-
      donc en français:
      – self-awareness : (prise de) conscience de soi,
      – self-observance: l’observation de soi

    • Soulairol Jean-Marc (ISRI)Merci pour ces quelques précisions. Néanmoins, vous développez une vision du leadership qui n’est pas la mienne, à ce jour, mais que je respecte profondément. Ce qui est intéressant c’est peut-être les échanges enrichissants qui vont s’ensuivre et, peut-être me permettre d’ajuster ma propre vision.
      Pour moi (je ne parle que pour moi, bien évidemment !) le leadership ne dépend pas et n’est pas caractérisé par des « suiveurs engagés » (que vous nommez « followers ») mais bien par une personnalité ; les « suiveurs » n’étant que la conséquence de cette personnalité. Si vous le permettez, je me contenterai de préciser seulement trois qualités d’un leader, celles qui me semblent les plus significatives, au milieu d’une littérature abondante qui en énumère de nombreuses :
      – avoir le courage de décider
      – avoir la volonté de persévérer
      – savoir prendre des initiatives, être un pionnier
      Si je choisis ces trois qualités c’est parce que le COURAGE est la vertu la plus admirée, la VOLONTÉ se remarque chez tous les leaders exceptionnels et l’INITIATIVE permet de rendre actif et dynamique.
      Essayons de détailler ces trois qualités :
      1) Le courage de décider
      Le COURAGE de décider est l’acte le plus courageux pour un leader, parce qu’il implique la responsabilisation.
      Un bon leader ne fera pas traîner les choses, il décidera avec soin et calculera les options, même s’il sait que la plupart des décisions sont prises dans un contexte d’incertitude des résultats. Pourtant, les choses n’avancent qu’avec des décisions, et il vaut mieux prendre une mauvaise décision que pas de décision du tout.
      Si le leader développe le COURAGE, il n’exprimera pas de mensonge, ne cachera pas la vérité. Cependant, il pourra être impopulaire lorsqu’il exigera des niveaux élevés de performance, parce que c’est son rôle que d’exiger cela.
      Il saura punir rapidement afin d’éviter les effets ‘boule de neige’ tout en gardant à l’esprit que punir doit servir uniquement à améliorer.
      De même, il dira « non » à un acte immoral qu’il déterminera à partir de l’éthique. Il partagera les félicitations avec ses collaborateurs alors qu’il assumera l’entière responsabilité des décisions et supportera seul les reproches. Pourtant, il survivra aux vicissitudes, aux déceptions et chaque jour, il recommencera comme si c’était le premier jour avec entrain.
      Mais, comment expérimenter ce courage ? …Par la VOLONTÉ, car c’est elle qui permet d’accomplir l’effort requis !
      2) La volonté de persévérer
      La VOLONTÉ est la reine des facultés dont découlent les autres aptitudes. Face à l’adversité et aux difficultés, quelles qu’en soient les causes et les origines, un bon leader fait toujours preuve de détermination, de persévérance et de ténacité afin d’avancer encore et encore.
      Développer au maximum son potentiel de leadership consiste à se centrer sur la faculté de VOLONTÉ. Hélas, très peu de personnes changent leurs habitudes de pensée, de parole et d’action.
      Pour bien circonscrire cette qualité de l’ÊTRE qu’est la VOLONTÉ, voici comment un événement marquant sur le sujet a été rapporté par le docteur M.L. CHIBBER dans son livre ‘Leadership’ (Editions SSF, 1998, p.68) :
      « Pendant la seconde guerre mondiale, Winston CHURCHILL avait été convié à fêter les 150 ans de son ancien lycée. On lui demanda de faire un discours pour inciter les étudiants à suivre son exemple pour être de bons leaders. » « Le jour fixé, la salle où la cérémonie était organisée était bondée. Les médias et les professeurs s’étaient rassemblés en force. Chacun attendait les révélations de Winston CHURCHILL sur le leadership.
      Après les politesses habituelles, on invita CHURCHILL à faire son discours. Il se leva de sa chaise et s’avança lentement. Il ajusta de petites lunettes rectangulaires, sortit un petit rectangle de papier, le posa sur le pupitre et parcourut l’audience par-dessus ses lunettes. Le silence régnait. » « Il prononça alors son discours : « N’abandonnez jamais, jamais, jamais, jamais ». Après ces cinq mots, il retourna tranquillement à sa place. »
      « Pendant un long moment, l’auditoire fut plongé dans le silence et la perplexité. Cependant, l’écho de ce message ne tarda pas à s’éteindre. L’assistance se leva alors et lui offrit un long tonnerre d’applaudissements.
      En cinq mots, CHURCHILL avait résumé le secret du leadership. »
      Si à l’instar du conseil de CHURCHILL, votre VOLONTÉ est renforcée, vous pouvez atteindre l’objectif de transformer votre CARACTÈRE, à savoir : abandonner les vieilles habitudes de désir, de colère, d’attachement, d’avidité, de jalousie, d’égocentrisme.
      Il serait trop long ici de développer les méthodes pratiques aidant, par exemple, à limiter ses désirs ou à réguler sa colère. Sur ce registre je vous renvoie respectueusement sur des ouvrages ou des formations appropriées.
      Posons, toutefois, une question : comment distinguer l’obstination de la volonté, l’entêtement de la persévérance ?
      Tout est question d’équilibre : quand la volonté puise dans l’égocentrisme, elle bascule toujours en obstination ou entêtement. C’est le cas des dictateurs, par exemple.
      Voyons maintenant l’INITIATIVE en tant qu’elle est une capacité permettant au leader exceptionnel de changer de moyens sans dévier du but.
      3) Prendre des initiatives
      Un leader efficace anticipe les événements à partir des informations sûres en sa possession surmontant, ainsi, les obstacles en en saisissant les opportunités. Vous reconnaîtrez rapidement une personne qui ne sait pas prendre d’INITIATIVE : elle exprime toujours des arguments mettant en cause autre chose ou quelqu’un d’autre : « je ne savais pas », « on ne me l’a pas dit », etc.
      Il y a cependant un contexte favorable permettant aux INITIATIVES de se multiplier, de se développer et de s’épanouir : la confiance, le partage des responsabilités et des pouvoirs.
      TRUC PRATIQUE : de manière individuelle, en cas d’obstacle ou de difficulté, prenez l’habitude d’un moment de tranquillité pour vous concentrer sur les événements. Vous pourrez ainsi recadrer rapidement ou adopter une alternative, bref, vous saurez prendre l’INITIATIVE, ceci étant tout à fait valable pour innover sur une mission ou une fonction. Sans doute, devriez-vous vous dire chaque jour en arrivant au travail : « comment puis-je contribuer à l’excellence de l’organisation dans laquelle je travaille ? »
      J’ai maintenant une précision à vous demander : pourriez-vous préciser ce que vous entendez par « authenticité », s’il vous plaît ?


Notice: ob_end_flush(): failed to delete and flush buffer. No buffer to delete or flush in /home/isrifran/www/wp-content/plugins/http-https-remover/http-https-remover.php on line 54